via Cenisio 54  Milano 20154
Giorgio Seveso
Pour l’art d’aujourd’hui Au tournant du siècle, au tournant du millénaire. C’est le passage d’un cap impressionnant et solennel sur la route des années que nous vivons, en particulier pour ceux qui, comme les artistes, vivent en tant que poètes du visuel leur réalité dans le monde avec les sens, l'esprit et le cœur grand ouverts. C'est pourquoi, aujourd'hui, faire de l'art acquiers une saveur et une valeur particulières, car le regard de l’artiste peintre ou sculpteur est celui du poète de la forme et de l'image qui plonge à l’intérieur des choses, dans le présent de l’homme, et en fait jaillir des aspects inédits, des illuminations insoupçonnées, des vibrations inexplorées. En révélant, donc, toute sa complexité, tout ce qui se cache sous l'apparence de la banalité et de l’ordinaire de la vie. C’est un regard qui agit beaucoup plus sur le ton d’une question ouverte, plus sur la richesse d’une pluralité de visions, que sur la certitude péremptoire d’une affirmation, propre à qui aurait tout compris des réponses. C’est plutôt, justement, le doute, c’est justement la remise en discussion de toute donnée cognitive et émotionnelle apparemment acquise, qui forme aujourd’hui la pulpe du regard de l’artiste, sa propre nature intérieure, la principale conséquence de son charme et fascination. D’ailleurs ne sont-ils pas incontestablement ceux-ci, l'ambiguïté, la fin de chaque infaillibilité et de chaque certitude, les véritables intonations de ce passage de millénaire? C’est donc l’authentique nature des choses qu’on entrevoit dans les élaborations de l’artiste, dans le flou de ses images interrogatives qui peuvent enfin devenir, selon l’aphorisme de Maïakovski, une sorte de loupe ou de microscope tourné vers la réalité, pour en explorer les moindres phénomènes, les situations, les destins...     L’art contemporain et l’homologation des langages Un thème sur lequel je suis engagé depuis plusieurs années est celui d'une critique radicale envers le sens que le mot " art contemporain " à désormais acquis dans notre culture. Le sentiment dominant, en effet, considère l'art contemporain comme un ensemble strictement donné de langages, de modalités expressives et de tendances: ceux-là et pas d'autres, bien que sur la scène artistique d'aujourd'hui travaillent activement maintes artistes jeunes et moins jeunes dans des directions tout à fait différentes. Art contemporain, donc, considéré comme un style précis, un ensemble bien défini de goûts et d'écoles: comme un système de l'art qui exclut toute tendance qui ne soi pas approuvée, qui ne soit pas à la page. Par rapport à une telle conception du contemporain artistique, on doit se révolter avec toute la force et l'énergie que l'enjeu mérite, sachant que beaucoup d’artistes ont choisi de ne pas participer à la grande foire médiatique et opportuniste des modes culturelles lancées et soutenues par les cartels internationaux des grands musées et Fondations. Nous devons proclamer à haute voix, en effet, que est contemporain, avec égale dignité et valeur, tout art d’aujourd’hui, sans distinction de langage ou tendance, à condition bien entendu, qu’il soit le résultat d’une recherche sincère et authentique, capable d'exprimer pleinement un talent réel appuyé à des résultat plastiquement et poétiquement valides...   L'art qui m’interesse le plus Les langages expressifs et plastiques à disposition des artistes d’aujourd’hui sont innombrables et complexes, provenant de différentes sources et traditions, tous capables néanmoins de toucher la sensibilité et l’intérêt de notre conscience, nos gouts et nos dégouts, nos répulsions et nos amours… Nous-autres le public devons prêter à chacun de ces langages le temps et l'attention nécessaires pour qu’ils puissent nous transmettre pleinement les "mots"  et les sens dont ils sont chargés, même si, en effet, notre présent ne semble pas favorable à l'art en général et, notamment, à la réflexion poétique que ses circonstances comportent. Au point que, entre crises financières et crises morales, entre baisse des valeurs et croissance de cupidité, d’égoïsme et de mauvaise foi dans le domaine social, il semblerait que le monde, suspendu à la charnière entre le deuxième et troisième millénaire, vive aujourd’hui des contradictions sans précédent et peut-être sans espoir d'aucune sorte. C’est bien pour ces raisons que, dans le travail des artistes qui sentent monter en eux vis-à-vis de cette situation une sorte de responsabilité éthique, nous apercevons les raisons d'un art qui s’engage en quelque sorte dans un sens idéal. Et ce choix joue un rôle qui, interprétant l’inquiétude  de notre temps divisé entre hédonismes distraits et rapaces spéculations, veut évoquer  la survie même de l'imagination humaine, l'extraordinaire vitalité de son aspiration à la poésie et à la beauté. Justement celui-là est l'art qui me plait, qui me prend, qui m’intéresse. C’est précisément l’art des artistes moins orientés vers le cynisme, moins résigné aux modes culturelles, aujourd'hui encore capables, sans réserve, d’une ferveur idéale qui leur est propre, en tant que généreusement, suggestivement porteurs d'utopies et d’espoirs véritables. Au nom de nous tous, sans faire de leur talent et de leur goût un simple jouet à sous. Les artistes que j'aime, que je trouve indispensables, sont encore en mesure d'une certaine façon de bâtir avec leurs images une critique authentique de la réalité, une véritable enquête de la pensée sur les affaires humaines. Grâce à la puissance de leur imagination libre, avec la force de persuasion propre à la poésie...
Retour à la première page Biographie Activités Thèses Visites recommandées Per trasferire file di grandi dimensioni Quelques photos Notizie e segnalazioni giorno per giorno
critique d’art et journaliste via Cenisio 54  Milano 20154